De mystérieuses taches sur une affiche d’opéra

Affiche-redi2 Titre de l’œuvre : Deuxième représentation de Les Huguenots de G. Meyerbeer au Théâtre de la Ville de Genève, 9 janvier 1870 / Technique : Affiche typographique, encre sur papier / Dimensions : 64 x 48.5 cm / Mandant : Bibliothèque de Genève[/caption]

But de l’examen

Identifier la cause précise des dégradations du papier autour des lettres imprimées sur l’affiche.

Contexte

En raison de sa composition chimique, le papier du XIXe siècle est souvent particulièrement fragile et peu durable. Cette affiche, à l’instar de nombreuses autres du fonds d’affiches typographiques de la Bibliothèque de Genève, montre des dégradations du papier qui semblent être associées aux lettres imprimées.


La stratégie d’analyse

_MG_7232-redi
Comme le budget disponible était strictement limité, nous avons favorisé une approche minimale pour arriver à des conclusions pertinentes : 3 analyses organiques GC-MS et 3 analyses inorganiques FRX pour comparer le papier intact, le papier dégradé, et le papier encré des lettres.

encre-avant

 


Analyses FRX (Fluorescence aux rayons X)

001ok_MG_3167b_1-redi

encre-redi

La fluorescence aux rayons X (FRX) est une technique non-invasive pour caractériser les éléments chimiques présents en surface.

La comparaison entre le papier intact, le papier dégradé et le papier encré a mis en évidence peu de différences, à l’exception d’une trace de plomb sur le papier encré qui s’explique par le contact avec les lettrines en plomb et / ou par l’utilisation d’un siccatif de plomb dans l’encre.


Analyses GC-MS (Chromatographie en phase gazeuse – Spectrométrie de masse)

Appareil GC-MS-redi

Avec un petit prélèvement de 1-2 mm pris dans un endroit déjà endommagé, l’analyse GC-MC permet d’identifier les différents composants d’un mélange organique complexe.

Les résultats ont mis en évidence la dégradation oxydative d’abord de l’encre et ensuite de l’encollant résineux du papier, réactions chimiques qui ont provoqué la dégradation irréversible de la cellulose du papier.

La présence de gomme arabique dans l’encre ainsi que l’utilisation d’un vernis de conservation-restauration ont également été repérées.

Résultat GC-MS


Conclusion

L’étude nous a montré que les auréoles ne sont pas de simples taches résultant d’une contamination, mais qu’elles sont la conséquence d’une réaction chimique provoquée par le séchage oxydatif de l’encre typographique.

Ce résultat implique pour la conservation-restauration des affiches concernées que le phénomène de brunissement discernable sous la forme d’auréoles ne sera pas réversible par un bain de nettoyage. Enfin, une fragilisation de la cellulose du papier dans les zones des auréoles est à prévoir.